Chronique #9

Dans ce podcast, je vous raconte mon stress en Turquie à cause de notre visa, ou plutôt l'absence de notre visa 🙂

Si vous préférez la lecture, voici comment c'est passé ma traversée de la Turquie hors visa!!

Bonjour, aujourd’hui nous allons parler de la Turquie et plus précisément du visa turc, comment faire si on veut rester plus longtemps, du moins de mon expérience qui certes date de 2012, mais qui ne doit guère avoir changé et qui vous donnera une idée, afin de pouvoir vous organiser au mieux si vous prévoyez de rester plus de 3 mois en Turquie. On verra également deux trois petites choses rutilant à savoir quand on voyage en là-bas.

Il en existe plusieurs types.

Ressortissant français

Pour les ressortissants français, pas besoin de visa, quand vous arrivez à la frontière, on vous tamponne votre passeport pour 3 mois et c’est tout. Mais attention la règle désormais, c’est que vous ne pouvez séjourner que 90 jours, donc plus ou moins 3 mois par période de 180 jours. Ce qui veut dire que dans une période de 6 mois, vous ne pouvez voyager en Turquie que 90 jours cumulés, soit trois mois. Donc lors d’un voyage au long cours après avoir fait 3 mois en Turquie, vous devez ressortir et vous devez attendre trois mois ailleurs avant de pouvoir re entrée en Turquie.

Avant, il n’y avait pas ces restrictions comme aujourd’hui de délai de 3 mois à l’extérieur après avoir déjà passé 3 mois en Turquie. Les règles concernant les visas, ne changeant pas tous les deux jours, nous n’avions pas vérifié avant notre arrivée. Nous sommes arrivés en avril et la loi avait changé en février. Nous l’avons appris par hasard lors d’une soirée Couchsurfing, et c’est là que nous sommes allés nous renseigner sur les possibilités de prolongation. Ça a été la foire totale….

On n’a pas réussi à obtenir une information claire sur notre demande et le prix, tout le monde nous parlait de visa permanent d’un an utilisé par les étudiants ou les travailleurs étrangers, mais rien de bien clair pour les touristes!!! 

On a fini par nous dire d’aller sur Internet et de prendre un rendez-vous, que c’était simple et pas cher environ 75 € et voilà!! 

Nous avons donc pris rendez-vous sur le net, effectivement, c’était simple, nous avons obtenu un rdv pour une date ultérieure à notre délai de 3 mois donc le jour du rdv nous avions déjà dépassé la date permise par notre tampon d’entrée. Mais on nous avait prévenus que ce n’était pas un souci, il faut toujours 2 ou 3 mois voir plus pour obtenir le rendez-vous donc du moment qu’on a le papier avec la date de rdv ce n’est pas un problème.

Le plus gros inconvénient, c’est leur volume. Selon les modèles, ils se plient en accordéon ou se roulent et ils sont généralement transportés à l’extérieur du sac à dos. 

De plus, ils ne sont pas des plus confortables, mais tout est question d’habitude. 

Le fait qu’ils ne soient pas fragiles et ne craignent pas les projections de braise peut vous permet de les utiliser près d’un feu de camp, ce qui peut être très agréable en hiver pour vous isoler du sol et profiter pleinement de votre soirée autour du feu.

Autre avantage pour les puristes de la randonnée légère, c’est que vous pouvez le découper selon vos besoins et ainsi grappiller quelques grammes sur le poids. Et quand on porte son sac sur le dos, croyez-moi que chaque gramme compte. 

Poursuite sans visa

Nous avons donc poursuivi notre chemin à pied en attendant et sommes revenus à Istanbul en stop pour le jour J.

Ce jour-là, nous avons patienté un long moment dans la salle d’attente, et quand nous sommes passés et que la personne à vérifier nos papiers et nous a annoncé le prix à payer : 35 dollars + à l’époque 268,4 TL+172 TL ce qui faisait environ 230 euros à l’époque!!!! On était loin des 75 € auxquels on s’attendait, on a tellement été surpris et énervé de ce manque d’info au préalable, qu’on a prétendu ne pas avoir de photo d’identité avec nous, qu’on allait revenir et finalement, on n’y est jamais retourné. Je ne sais plus exactement, mais il devait nous rester 1 mois de marche à faire avant d’arriver en Géorgie.

On a donc décidé de poursuivre sans visa et de régler le problème à la frontière au moment de sortir.

Nous étions tout de même allés à la préfecture et à l’aéroport où la situation des « sans visa » semblait plus que banale, on nous a clairement dit  « pas de problème », vous aurez des pénalités et si vous ne voulez pas revenir en Turquie ben vous ne payez pas et c’est tout, vous serez seulement bannis 5 ans!!!! 

Ok donc pas de soucis, si vous vous retrouvez à l’aéroport avec un billet retour pour la France et un visa expiré, vous avez juste à vous rendre au bureau des violations de visas, vous payez ou vous ne payez pas et hop pas de problème, on nous a dit que c’était pareil à la frontière terrestre.

Donc, à partir de ce moment-là, notre seul souci était de ne pas nous faire contrôler avant la frontière auquel cas, la donne aurait été différente, sans visa sur le territoire, le risque aurait été qu’on nous conduise à un aéroport et nous remette dans un avion pour la France avec un éventuel passage par la case prison en attendant un vol disponible. 

Vous pouvez y aller

Enfin, en ce qui nous concerne, tout s’est merveilleusement bien passé. Nous sommes arrivés à la frontière avec la Géorgie un samedi en début de soirée, il y avait du monde partout, une file de voitures interminable et des gens à pied qui étaient arrivés en bus à la frontière.

 Donc c’était un peu l’usine pour les douaniers !!! Nous étions trois, un gars nous avait rejoints quelques semaines avant. Quand nous sommes passés, le douanier a seulement saisi nos numéros de passeport avant de les tamponner à côté de notre tampon d’entrée sans même avoir regardé la date, nous a parlé de Zidane, Cissé et Sarkozy en voyant qu’on était français et c’est tout.… On a eu un moment d’absence tellement, on ne s’y attendait pas, j’avais déjà prévu tout un scénario pour expliquer notre situation et tout et tout. Et au final, c’est passé comme une lettre à la poste. Nous sommes sorties du poste-frontière, heureux de ne pas y avoir passé la nuit!!!

Comme quoi il faut toujours profiter du moment présent sans trop se prendre la tête sur le futur, car on ne peut jamais être sûr à l’avance de ce qui va se passer. En tout cas pour nous, plusieurs fois, on s’est retrouvé en stress lorsqu’on croisait la police, de peur qu’il contrôle nos passeports, donc c’est sur le mieux s’est d’éviter ce genre de situation et de toujours être en règle lorsqu’on voyage à l’étranger. 

Pour info ou conseil, éviter de vous faire bannir de la Turquie si jamais vous faites un voyage au long cours, car avec sa position centrale et l’absence de visa, c’est quand même le pays de replis idéal si vous avez un souci ailleurs, les billets d’avion n’étant en générale pas cher pour aller là-bas. 

Voilà, pour aujourd’hui, si vous voulez plus d’info utile pour la Turquie, je vous invite à vous rendre sur mon site internet dans la rubrique voyage, vous y retrouverez mes fiches plus ou moins détaillées selon les pays, pour la Turquie vous y trouverez pleins d’autres infos très utile qu’il est bon de connaître surtout lors d’un voyage au long cours. 

Caroline

Portrait caro

À PROPOS

Caroline Moireaux. Partie le 1er juin 2011 pour un TDM principalement à pied. Je suis revenue 8 ans après, avec des souvenirs plein la tête.

RETROUR SUR 8 ANS DE VOYAGE

8 ans de voyage autour du monde principalement à pied mais aussi à vélo et en bateau, 30 pays et plus de 53000 Km. Récits, photos, trucs et astuces...

FORMATION

Finies les heures interminables à lire des blogs et des forums, je te guide pas à pas, à travers des vidéos, dans la préparation de ton voyage.

GROUPE D'ENTRE-AIDE

Retrouve une communauté de voyageurs ou futur voyageurs, pour t'aider dans la préparation de ton voyage.

Les autres épisodes du podcast