41

Nuits

615

Km

NUITS

21 : Sous tente
11 : Couchsurfing
04 : Belle étoile
03 : Chez l’habitant
02 : Sous abri

BUDGET

Monnaie local : Yen (¥)
Budget moyen dépensé sur 41j de marche et un peu de stop : 3,9€/j quelques extras en ville compris
Total pour les 3 mois 4,1€/j

RÉCITS & INFOS PRATIQUES

Retrouvez sous chaque onglet les articles ou post publiés sur Facebook ou sur mon site de l’époque

12.09.15 : ARRIVÉE AU JAPON
Bonjour,
Hier soir j’ai quitté Busan, direction le Japon en ferry.
Arrivée de bonne heure, j’ai récupéré mon ticket acheté sur internet au bureau de Camellia line. A 19 h j’ai passé la douane et le contrôle sans difficulté et à 19h30 j’embarquai à bord du New Camellia. Nous n’étions qu’une centaine à bord. Le ferry a un resto, des salles de karaoké et de jeux, un spa…
Après avoir été me laver et me reposer dans le bain, je me suis couchée avec mes cours de japonais dans les oreilles et je me suis endormie avant même que le ferry ne quitte le port à 22h30. Réveillée à 5h30 seulement quelques minutes avant qu’ils ne rallument les lumières, quelle synchronisation !.. nous étions en territoire japonais… Nous sommes arrivés au port de Fukuoka à 6h et n’avons pas débarqué avant 7h30.
À notre arrivée, un homme masqué était posté à côté de grands panneaux nous rappelant que la Corée avait été touchée par le MERS (Virus)…
D’autres pancartes en main nous incitaient à déclarer toute sensation étrange, un autre homme, lui, était planqué derrière sa caméra probablement thermique, afin de contrôler notre spectre.
Ensuite, au bureau d’entrée, j’ai eu droit à quelques questions car je n’étais en possession d’aucune réservation d’hôtel ni de billet retour. L’homme n’étant pas très à l’aise avec l’anglais, n’a pas insisté et m’a seulement dit, c’est ok pour cette fois, mais la prochaine fois, montrez moi tout ça !!!
Et voilà un mini contrôle plus loin et j’entrais au Japon…

12 septembre 2015
Mes premières dégustations japonnaises. Gyudon, riz avec boeuf ( pour 2,5 €, fast food japonais) et un flan au thé vert.

14 septembre 2015
Dès mon arrivée, mon hôte m’a emmené à un festival dans la rue, pour cette occasion nous avons porté un Yukata, plus classique, moins cher et moins chic que le Kimono…
Vie quotidienne : Au Japon, comme c’était déjà le cas en Corée. Les couettes et les housses de couettes sont faites de sorte qu’on puisse les attacher, ainsi la housse reste bien en place…

28 septembre 2015
Fred est un français rencontré en Corée, nous allons marcher ensemble quelques jours.

2 octobre 2015
Nous sommes à Takachiho, tout va bien, ce matin on a visiter les gorges.

7 octobre 2015
Nous voila au pieds des volcans, hier on s’est fait une belle rando. Ici sur les photos c’est le Mt Takachinomine et le volcan Ohachi.

14 octobre 2015
Bonjour, me voilà à Miyazaki. J’ai mis les photos à jours sur le site, ainsi qu’un bref résumé de ces 15 derniers jours.

MIYAZAKI, KYUSHU ISLAND
15.10.2015
Bonjour,
Me voilà à Miyazaki, ville du bord de mer sur la côte Est de l’île de Kyushu. J’ai passé ces 15 derniers jours en compagnie de Fred, un Français que j’avais rencontré à Busan en Corée quelques jours avant mon départ. Nous nous
sommes retrouvés à Taketa, où nous avons fait la
connaissance de Vanessa, une Allemande qui vit là
depuis 1 an et demi. Elle travaille à l’office de
tourisme. Le soir
elle nous a hébergé dans son immense maison, qui lui est
prêtée Mais celle-ci étant beaucoup trop grande pour elle seule, nous seront ses derniers invités puisqu’elle prévoit de déménager dans les prochains jours.
De là, nous avons rejoint Takachiho à pied pour voir les gorges, cela nous a pris 4 jours. En chemin nous avons croisé un monsieur qui nous a dit que le chemin plus loin n’était pas entretenu et qu’il nous fallait passer ailleurs. Fred est allé vérifier et en effet c’était la jungle. L’homme nous a offert un paquet de farine de blé qu’il fait lui-même, environ 500g, il voulait nous en donner un chacun, mais de la farine nous venions d’en acheter, j’en avais déjà 800g dans le sac !!! C’était adorable, ensuite est arrivé des jeunes, qui ne parlaient pas bien anglais, mais comprenaient un peu. Cette fois l’un d’eux nous a offert des mini serviettes de pub, pour aller aux bains, pareil ça marche par deux ces choses là, alors il voulait nous en donner 2 chacun…
Puis il a plu pendant deux jours par alternance, nous avons donc abandonné l’ascension d’un sommet et poursuivi par la route. Ce qui est bien ici c’est que les routes de montagne sont très peu fréquentées. Les deux soirs par chance nous avons trouvé un abri, nous étions bien heureux vu ce qui est tombé!!
Sous une ancienne étable, au bord de la route
Nous sommes ensuite arrivés à Takachiho, nous n’avons pas été voir les gorges de suite, il était déjà tard. Nous sommes montés sur les hauteurs pour voir au lever du jour, une mer de nuages sur la ville. Au final, la tente était trempée avec l’humidité et il y a pas
vraiment eu de mer de nuages…
Vive le zoom on y croirait presque!!!
Nous sommes redescendus pour aller aux gorges, en fait c’était tout petit, il faut 20 minutes pour faire le tour, c’est blindé de touristes japonais, mais bon c’était joli quand même.
Ensuite, nous sommes allés chez Clint, un couchsurfer américain prof d’anglais dans un village à côté. Il est venu nous chercher. Ensemble nous sommes allés à un joli point de vue sur le mont Aso, juste en face d’une cave à vin. Ensuite, nous sommes allé voir les vignes en hauteur, c’est bien pratique pour les vendanges!

Nous sommes restés, deux jours chez Clint, puis comme Fred devait repartir le 12 pour un stage de méditation, nous avons choisi de poursuivre en auto-stop pour aller voir des volcans. Nous étions vraiment sur de petites routes mais cela a tout de même bien fonctionné. C’était génial en fait, cela nous a permis de belles rencontres brèves mais chouettes avec des autochtones qui ne parlaient pas un mot d’anglais. De sauts de puce en sauts de puce, nous sommes arrivés à destination, enfin pas là où nous avions prévu, notre dernier chauffeur ayant décidé de nous poser à un lac qu’il adore. Nous avons donc fait un autre parcours dans les volcans, mais on a adoré, c’était vraiment beau.
Puis quand nous sommes redescendus, nous avons demandé à des jeunes où ils allaient et c’est ainsi qu’on s’est retrouvé à Kagoshima. Nous y avons trainé 2 jours. C’est là-bas qu’est mort le dernier Samouraï… De là, nous avions une vue magnifique sur Sakarujima, un volcan encore en activité qui cohabite avec plus de 600 000 habitants… Unique au monde je pense!!
Sakarujima, depuis Kagoshima
Ensuite, nous avons pris le ferry pour contourner ce volcan, mais au final ça n’apporte pas grand chose de plus de le contourner, la seule vue qui aurait pu être magnifique sur le cratère encore en activité nous a été gâchée par le brouillard, nous n’avons pas eu de chance avec cette « île ». On a repris le stop et nous sommes allés jusqu’au Cape Toi, d’où j’ai repris la marche pour
retourner à Takachiho et ainsi terminer un parcours continu à pied sur l’île de Kyushu, probablement mon dernier…
J’ai beaucoup aimé ce « Cape ». Pour commencer nous avons été jusqu’à un village avant le Cape, une dame qui nous avait pris en stop a fait un détour pour nous y emmener. Elle nous a présenté Mélodie, qu’elle ne connaissait pas personnellement mais elle savait qu’une Américaine travaillait à la station service du coin. Mélodie vit ici depuis 27 ans, une très jolie histoire d’amour… Elle nous a indiqué un spot où planter la tente, ici il avait plu toute la journée. Mais il y avait un abri, alors on a dormi dessous. Le soir Mélodie nous a apporté à manger, adorable. Le lendemain il y avait une petite compétition d’un sport qui ressemble à du cricket, c’était marrant. Nous avons suivi la côte pour atteindre le cap ToÏ En chemin nous avons aperçu deux singes et un autre petit animal qui s’est approché de nous très près sans nous voir, il a détalé quand il a réalisé ! Arrivés au Cap, nous avons vu les chevaux classés au patrimoine vivant, car ce sont les descendants des chevaux des Samouraïs laissés là en pâturage quand ils ont quitté les lieux, je ne connais pas trop l’histoire, à vérifier sur le net…
Et voilà, après j’ai repris ma marche et Fred est parti du côté de Kyoto. J’ai suivi la côte, magnifique par endroits mais un peu trop circulante à d’autres… Aujourd’hui je
suis à Miyazaki, je vais rester quelques jours ici pour me reposer. Je suis hébergée par un jeune homme de 19 ans qui fait ses études ici et qui est le frère d’Anna, une jeune femme rencontrée à Fukuoka qui parle français et aimerait bien venir vivre en France où elle est déjà restée 1 an.

SUITE ET FIN DE MON PARCOURS À PIEDS À KYUSHU
26 octobre 2015
De Miyazaki à Takachiho
Afin de terminer un parcours continu au Japon, il me fallait rejoindre Takachiho, où j’avais commencé le stop avec Fred, pour aller voir les volcans. J’ai donc tracé ma route au plus court et au plus facile.
À la sortie de Miyazaki, j’ai fait une pause devant un 7 eleven, afin de profiter encore un peu d’internet. J’étais en train de remettre mon sac sur le dos, quand un monsieur qui sortait du magasin, m’a tendu une mini bouteille de limonade, sympa. Arrivé à son petit camion il m’appelle et me tend deux tranches de pain de mie aux raisins et une banane, adorable.
1 km plus loin, un autre monsieur sur son scooter m’appelle et me tend une bouteille de thé froid et comme il parle un peu anglais on commence à discuter pendant au moins 1/2 heure. Il est tellement mort de rire d’entendre mon histoire,
qu’il arrête un gars qui passait pour lui raconter et avant de
partir, il me tend un morceau de poulet sous vide déjà cuit qu’il venait surement d’acheter…et j’ai repris ma route accompagnée du passant sur quelques mètres. Je n’avais pas encore fait un autre km qu’un autre homme dans un van qui venait de me croiser, me klaxonne
il avait fait demi tour pour me donner un sachet de
clémentines… J’en revenais pas, un vent de générosité venait de
s’abattre sur cette rue ! Le soir venu, je marchais le long d’une rivière sur une petite voie goudronnée, j’ai posé ma tente en contre bas, avant la ville et avant la tombée de la nuit.
Le lendemain matin, surprise, je n’avais pas fait 2 km que je retrouve le monsieur aux clémentines sur cette même petite route, il était tout content, m’a dit « on s’est vu hier !!! » et m’a tendu un triangle de riz encore tout chaud, avant de poursuivre sa route, klaxonné par une
voiture derrière lui qui semblait être pressée.
Tout cela m’a remplie d’énergie, j’aime ces petites rencontres impromptues, ces sourires…Ça se faisait rare ces derniers temps et cela me manquait. Ce jour-là, j’ai marché 40km sur une petite route sans circulation qui longeait une grosse rivière parsemée de barrages, je me serais crue à Vouglans.

Route 22
Il me fallait trouver un endroit où poser ma tente. Prise entre la rivière en contre bas et la montagne, j’étais coincée. J’ai donc poursuivi jusqu’à une intersection que j’avais repérée sur mon GPS en espérant qu’il y aurait un coin plat.
Arrivée à celle-ci, il y avait encore mieux, un petit village. Je
me suis installée pour cuisiner dans un lieu qui semblait être
l’ancienne cour de l’école.
J’étais en train de cuisiner quand un monsieur qui promenait son chien est venu me voir. On a tenté de s’expliquer puis il a amené une fille qui en fait ne parlait pas bien anglais, tous
deux tentaient de m’expliquer quelque chose mais en vain, j’ai juste réussi à comprendre qu’il y avait un endroit spécial où je pouvais dormir… J’ai donc fini de manger et je les ai suivi, il s’agissait de la maison de retraite.
Une maison ordinaire où habitent six pensionnaires et une dame qui s’occupe d’eux, tous semblaient si paisibles. Une dame qui travaille là-bas et qui parle parfaitement anglais est venue faire l’interprète, c’était top, j’aurais aimé pouvoir parler japonais pour parler avec ces vieilles dames…
Le lendemain c’est toute guillerette que je poursuivis. Tellement guillerette que je me suis engagée sur un semblant de vieux chemin de rando qui n’existait plus et c’est seulement après deux heures que je me suis décidée à faire demi tour avant de frôler un accident stupide au milieu de nulle part où personne ne passerait jamais!! c’est toujours dur de faire demi tour…
Juste avant Misato
Bref le soir venu j’ai trouvé le spot rêvé pour poser la tente, une sorte d’aire de loisir avec deux dinosaures en bois, un sanctuaire, table, banc et toilettes, que demander de plus ! Au petit matin, je me suis arrêtée pour acheter du pain dans une petite boutique, la seule du coin avant longtemps. J’ai payé 4 fois plus cher que la normale, mais bon je n’avais pas le choix.
On a bien discuté avec la dame qui ne devait pas voir de voyageurs tous les jours, et alors que j’étais encore devant la boutique, elle m’offre un paquet de bonbons et du chocolat, le rêve, décidément c’était m’a semaine. Avant de m’engager dans une vallée sans habitation, je demande de l’eau à un monsieur qui était dehors devant sa maison. Je lui donne mes bouteilles et il ressort avec sa femme et sa fille et sa petite fille, tous morts de rire. Il m’invite à m’asseoir à l’extérieur pour discuter et m’offre un bout de patate douce. Ils étaient sur le point de se mettre à table. Un voisin qui parlait bien
anglais s’est joint à notre conversation. L’homme a sorti son caméscope et son APN, j’étais l’attraction du jour.
C’est ensuite sur une route de 28km que je me suis engagée, moitié montée et moitié descente. En route, un homme s’est arrêté pour me proposer de m’emmener, probablement surpris de me voir sur cette route quasi déserte. 20 minutes avant la nuit, une voiture qui venait de me croiser fait demi tour et me demande où je vais. J’ai répondu « à Takachiho » et là, un vent de panique a envahi l’habitacle, ils me font des signes genre « pas possible », je commence à douter croyant qu’ils essayaient de me dire que la route était fermée ou un truc dans le genre, mais au final je comprends seulement qu’ils sont inquiets et qu’ils veulent me dire que c’est trop loin et que je ne pourrai pas y être ce soir. Je les rassure en leur disant que je prévois de n’y être que le lendemain et que pour l’heure je cherchais un endroit convenable pour planter ma tente. Rassurés, ils reprennent leur route. Deux minutes après, un autre mec inquiet s’arrête, je lui dis que je dors sous tente et il repart. Et bien-sûr, je trouve un endroit pas mal du tout au vu des circonstances, sur le bord de la route, dégagé et protégé par la rambarde de sécurité, aucun risque de me faire écraser pendant la nuit, en même temps, plus aucune voiture n’est passée avant le lendemain matin. C’était mon dernier jour de marche, je n’étais plus qu’à une vingtaine de km de Takachiho, j’ai redescendu tranquillement la route pour atteindre une autre vallée qui me mènerait à ma destination finale. Je n’étais plus qu’à 7km, quand une dame s’arrête à ma hauteur pour m’inviter à la rejoindre à son bureau quelques mètres plus loin, pour remplir ma bouteille d’eau.
Elle m’explique que cette petite route est fermée et qu’il me faut remonter sur la grande route principale. Je reste au moins 1h avec elle, un jeune homme et un autre homme nous ayant rejointes. On regarde mon site et la vidéo de la Corée avant que je finisse mon chemin, bien fatiguée, mais heureuse de toutes ces rencontres magiques.

15 octobre 2015
Histoire de voiture : Le saviez vous? Au Japon, on identifie les voitures de jeune conducteur ou de personne âgées via un autocollant.
Autre, il existe deux types de plaque, les blanches et les jaunes. Les jaunes sont pour les petits moteurs, et ils payent moins de taxe.
Et enfin, quasi toutes les voitures sont équipées d’un
écran gps qui permet aussi de regarder la télé, ainsi vous
pouvez suivre vos cours de cuisine tout en conduisant…
dangereux ? En même temps la vitesse est limité à 50km/h et 80 sur autoroute!!!

25 octobre 2015
Me voilà de retour à Fukuoka, la boucle et bouclée sur l’ile de Kyushu. Désormais j’attaque l’auto-stop pour visiter les autres îles. Une expérience extraordinaire, des rencontres fabuleuses, de bon fou rire parfois, bref j’adore le Japon 🙂
J’ai mis à jour les photos et voici le récits de ma dernière semaine de marche.

26 octobre 2015
Le saviez-vous : les Japonais utilisent simultanément trois alphabets différents : les hiragana, katakana et les kanji qui correspond à l’alphabet chinois. On peut écrire de gauche à droite comme en France ou bien en colonnes, à ce moment-là on lit de droite à gauche et les livres se retrouvent à l’envers comme pour les pays arabes. Avec les kanji, un japonais est donc capable de lire et d’écrire chinois mais il n’est pas capable de parler chinois car la prononciation des kanji est différente entre le Japon et la Chine.

29 octobre 2015
Un peu d’histoire : Je suis actuellement à Hiroshima et au détour d’une balade voilà que je tombe sur des tombes françaises…Donc la curiosité m’emporte, il s’agit de marin faisant partie du corps d’expédition de chine de 1900-1901, envoyé en Chine pour combattre l’insurrection des Boxers.

4 novembre 2015
Bonjour,
Voilà maintenant 1 semaine que je visite le Japon en auto stop avec Fred qui m’a rejoins à Hiroshima.C’est une autre façon de voyager, bien différente de la marche, mais qui offre de belles rencontres, surtout dans ce pays où les gens n’osent pas en général venir nous parler. Le stop permet de créer une occasion…

AUTO STOP AU JAPON
Après avoir traversée l’île de Kyushu à pied, du Nord au Sud, j’ai décidé de visiter le reste du Japon en auto stop.
J’avais déjà essayé un peu avec Fred, cela avait super bien fonctionné. Cette fois-ci j’étais toute seule pour rejoindre Hiroshima où nous avions prévu de nous retrouver pour visiter le Japon ensemble. Ayant quelques jours devant moi avant la date du rdv, je décide d’aller visiter Nagasaki. C’est donc de Takachiho que je me lance pour rejoindre Nagasaki. Je n’avais même pas eu le temps de lever ma pancarte qu’une voiture s’est s’arrêtée. À son bord, une maman et sa fillette, sans oublier Chapo la perruche, se rendaient à Kumamoto.
Le lendemain, il me faut 4 voitures pour me rendre à Kawatana où j’avais prévu de rencontrer un Américain qui vit là…
C’est impressionnant comme cela fonctionne bien, j’adore, cela permet de faire de chouettes rencontres et d’être en contact avec des gens avec lesquels on partagent de bons fous rires parfois !!
Deux jours plus tard, la voiture qui me prend pour Nagasaki devait me déposer sur la route dans un village, mais au final, l’homme qui était en congé s’est proposé de me faire la visite de Nagasaki. Nous y passerons la journée avant de retourner au village où il devait initialement me déposer et d’où un camion m’a embarqué pour Fukuoka.

Ensuite il m’a fallu encore un jour pour arriver à Hiroshima, contrairement à Fred qui, depuis Kyoto, en a mis quatre, apparemment cela avait fonctionné beaucoup moins bien pour lui.
Jusqu’à aujourd’hui, nous avons visité Hiroshima, Miyajima, Izumi, Matsue et la dune de Tottori où nous sommes actuellement. Nous n’avons jamais attendu plus de 10 minutes bien que nous soyons 2 personnes avec deux gros sacs…

RETOUR AU JAPON
18 mars 2016
C’est sous la pluie que j’avais quitté Fukuoka il y a trois mois et c’est aussi sous la pluie que j’y reviens. J’ai refait la traversée avec le ferry Camélia, de nuit, j’aime bien cette compagnie parce qu’il y a des bains à l’intérieur.
Je suis restée 5 jours, avec un temps pas terrible et j’ai fait la connaissance de Cécile et Ulysse son fils, qui attendaient le papa qui est actuellement en mer et avec qui j’étais en contact depuis quelques mois. Et c’est suite à cette rencontre qu’un grand vent de panique a traversé mon corps. Cécile m’apprend que si j’arrive en bateau privé en Alaska il me faut un visa!! Je fonce donc, le soir même, fouiller le net à la recherche d’info, rien ne me semble clair, mais petit à petit l’info se confirme. Je me lance donc dans les démarches, remplis le dossier en ligne, paie et prends rendez- vous pour l’entretien à Osaka. Celui-ci se tiendra le 24, maintenant il n’y a plus qu’à attendre et réunir quelques informations en ma faveur.
Je me dirige donc doucement vers Osaka. J’ai quitté Fukuoka avant-hier en auto-stop, il m’aura fallu seulement une journée pour atteindre Kochi à plus de 570km en seulement 4 voitures. Je suis hébergée dans une famille japonaise via couchsurfing, c’est super intéressant, bien que la maitresse de maison m’ait bien précisé qu’ils ne représentaient pas le standard japonais, mais ceci n’en est que plus intéressant.
Je suis venue à Kochi car je dois rencontrer des amis jurassiens qui font le pèlerinage des 88 temples qui se trouvent sur cette île, ceci était donc une bonne occasion de venir dans ce coin que je ne connaissais pas encore. Demain je poursuivrai probablement ma route.

8 mars 2016
Me voila de retour à Fukuoka au Japon sous la pluie, j’ai donc pas pu voir l’éclipse partielle de soleil…

17 mars 2016
Bonjour, Me voilà de nouveau sur la route, je poursuis ma visite du Japon en auto-stop en attendant la suite de mes aventures. Aujourd’hui je suis à Kochi, ville qui se trouve au Sud de l’iles de Shikoku, sur le trajet du pèlerinage des 88 temples.

2 avril 2016
Osaka, j’adore cette ville, j’y suis donc revenue hier, après avoir passé une semaine dans une ferme à Yalta, au Nord Tokyo

3 avril 2016
Cette journée fut exceptionnelle et magnifique, promenade le long du canal avec les cerisiers en fleur et un millier de familles et amis en train de pique-niquer…

OSAKA
10.04.16
Bonjour
Alors que s’est-il passé depuis la dernière fois ? Et bien je me suis donc rendue à Osaka pour faire mon visa américain et j’ai adoré cette ville. Il s’en dégage une ambiance tranquille avec ses rivières et canaux de partout, le long
desquels on peut se promener, et toutes ces petites rues,
vraiment j’adore.
Mon entretien pour le visa US s’est passé très vite et le mec m’a dit c’est bon, vous aurez votre visa. C’est donc soulagée que j’ai rejoint Layna, mon amie suisse, dans une ferme située dans un village au nord de Tokyo. Elle y était pour quelques jours avec une amie d’enfance, Mégane. Moi je suis restée une semaine pour aider Yoko San à la ferme. Elle a une centaine de poules, dont il faut s’occuper 3 fois par jour, plus le jardin et les rizières. Ensuite, mon visa n’ayant mis que 5 jours pour arriver, je suis retournée à Osaka pour le récupérer. Et depuis je suis toujours là :-). Pendant 10 jours, je bosse dans une guest house, contre l’hébergement gratuit. Ensuite, le 18 je me dirigerai au Sud de Nagoya pour m’occuper d’un jardin dans un temple.
À suivre

22 avril 2016
Bonjour, je suis à Agui, au Sud de Nagoya, dans un temple. Je donne un coup de main en échange du gîte et du couvert. Cet endroit est magnifique et relaxant, dans la campagne. Ils louent une chambre sur Airbnb alors des fois on a des familles qui viennent. Le jour après que je sois arrivé, c’était une famille de français 🙂 Tous les soir à 18h je sonne la cloche. Durant la journée je nettoie la maison et m’occupe de l’extérieur (enlever les feuilles mortes, désherber…) J’ai aussi goûtée du bamboo, trop bon.

 

18mai 2016
Bonjour, nous sommes à Choshi près de Tokyo après 3 jours de navigation. Les 12 premières heures étaient cool, après j’étais malade et je suis resté 36h couché. La mer était selon mes coéquipiers calme, je n’ose imaginer ce que ça donne quand ça l’est pas….Maintenant on attend le bon vent pour poursuivre sur Sendai.

Prise de courant : Besoin d’un adaptateur de type A ou B : Prises du monde.


Visa : Pas besoin de visa pour une durée de 90j.
Pour vérifier si cette info est toujours valable, rendez-vous sur le site du gouvernement.


Internet : Il est possible de se connecter au wifi dans la majorité des « combine », comme 7 eleven, FamillyMart, Lawson… Pour faciliter l’accès, je vous recommande de télécharger cette application. Et aussi de créer un compte Starbucks.


Liens utiles :

Tracé du Kyushu nature trail (en japonais)

PHOTOS

VIDÉO